photo Vincent Gramain

Liz McComb
Liz McComb (piano, voix), Ronald Baker (trompette), Reggie Washington (contrebasse), James Simpson (batterie)

Il est des voix souveraines, sensuelles, toutes de puissance et d’expression, qui emportent leur auditoire, âges et cultures confondus, dans leur déferlante, l’abandonnant béat au terme d’un concert qu’il n’a pas vu passer. Mais chacun, submergé par la présence de l’artiste, ne réalise pas encore qu’il ne vient pas seulement d’assister à un extraordinaire tour de chant, mais à la performance d’une pionnière. Trop vite sacrée ‘Reine du gospel’, Liz McComb, pianiste et vocaliste, fut aussi parmi les premières à oser la fusion entre jazz, gospel, reggae, soul, funk, pop : c’est que son talent est aussi dans le revendication de ses sources, qui n’excluent rien de la palette des musiques afro-américaines ; il est encore dans le choix de ses partenaires : Ronald Baker (qui fit ses armes auprès de Donald Byrd, Jay Jay Johnson, John Faddis…), Reggie Washington (ancien de Steve Coleman, de Roy Hargrove). Que dire encore ?