photo Alexandre Lacombe

Naïssam Jalal
Naïssam Jalal (flûte, voix), Roberto Montana (piano), Claude Tchamitchian (contrebasse)

Il est rare qu’au fil des métissages qui jalonnent la scène contemporaine se retrouve avec cette intensité un esprit qui n’appartient qu’au jazz : l’écoute intime, l’envoûtement né des lignes qui se déroulent et s’entrecroisent, comme la découverte progressive d’un secret. Idéale est ainsi la formule du trio d’où émerge, des confins orientaux à nos rivages familiers, sous leurs doigts d’orfèvres, la perle rare qu’on nomme la beauté.