Edito 2023

La 24ème édition déjà ! Désormais un incontournable de l’été en Drôme provençale, Parfum de Jazz sera présent du 8 au 20 août sur les scènes familières du Tricastin (avec un début de l’autre côté du Rhône) et des Baronnies.

Le programme ? Ouvert comme toujours à tous les styles, dans tous les formats, avec tous les talents (féminins en premier lieu !) qui font vibrer les scènes d’ajourd’hui.

Il y a d’abord, à tout seigneur tout honneur, les concerts du soir sur les grandes scènes, qui vous mèneront d’Ardèche (Saint-Remèze) en Tricastin (Pierrelatte, Saint-Restitut), avant les Baronnies où nous avons prévu, initiative nouvelle pour les six concerts de Mollans-sur-Ouvèze et Buis-les-Baronnies, deux formations chaque soir : riches et diverses sont les musiques d’aujourd’hui, auxquelles il fallait bien ménager davantage de place pour élargir le tour d’horizon que vous offre chaque année Parfum de Jazz. A noter que ces doubles concerts débuteront à 20h30.

En complément des concerts, le programme Ciné Jazz vous proposera en journée d’éclairer, par les films que nous avons sélectionnés et un ensemble de conférences érudites, votre approche du vaste territoire artistique qu’est le jazz, et surtout le jazz au féminin. L’ensemble de ces films et conférences aura lieu (au frais !) au cinéma Le Reg’Art de Buis-les-Baronnies, désormais partenaire régulier du festival.

Jazz au Village, avec son programme de concerts en journée et en libre accès pour tous dans les villages, se veut comme chaque année divers, plaisant… et local. Jazz au Village, c’est la musique au plus près de tous, y compris ceux qui ne songent pas (encore) à se déplacer vers les concerts du soir. Mais la qualité des artistes qui se produiront sur ces petites scènes (parmi eux figurera même cette année un joueur de didgeridoo !) pourrait bien, c’est du moins ce que nous espérons, faire bouger les choses…

Et puis ? Et bien, un atelier d’écriture animé par Laurent Brun pour découvrir tout le champ  que la musique ouvre à vos plumes ; deux stages, l’un vocal avec la talentueuse Lise Bouvier, l’autre instrumental sous l’exigeante mais bienveillante férule de Rémi Bioulès… De quoi faire émerger vos talents cachés, dont tous pourront mesurer lors du concert de restitution les progrès accomplis.

Et encore ? Au cloître des Dominicains comme toujours, une nouvelle exposition de photographies augmentée cette année des beaux clichés de Florence Ducommun, à côté de tirages inédits des désormais familiers André Henrot et Patrick Martineau.

Est-ce bien tout ? Presque : car nous n’avons pas dit encore le plaisir que bientôt nous aurons tous à nous retrouver pour cette belle 24ème édition !

Alain Brunet