REVUE DE PRESSE 2022

Découvrez ci-dessous l’ensemble des articles de presse parus à l’occasion de l’édition 2022 de notre Festival Parfum de Jazz

 

Au festival Parfum de jazz, le big band de Christophe Dal Sasso célèbre « Africa/Brass », un « Himalaya » de John Coltrane

La formation était, mercredi 24 août, au programme de la manifestation organisée dans divers lieux en Drôme provençale.

Article sur lemonde.fr paru le 25 Août 2022 à découvrir ici

Les saxophonistes Sophie Alour (à gauche) et Géraldine Laurent (à droite), avec le Dal Sasso Big Band, au festival Parfum de jazz à Pierrelatte (Drôme), le 24 août 2022.

Les saxophonistes Sophie Alour (à gauche) et Géraldine Laurent (à droite), avec le Dal Sasso Big Band, au festival Parfum de jazz à Pierrelatte (Drôme), le 24 août 2022.

L’initiative vient d’un groupe d’amis piqués de jazz et d’éducation populaire. Parfum de jazz, festival en Drôme provençale… Dominante féminine au programme. Le temps passe. Alain Brunet, haut fonctionnaire et trompettiste de qualité, cornaque toujours une armée de bénévoles dévoué(e)s dans une ambiance de fête au village. Les choses ne sont pas pour autant simplettes. Les institutions préféreraient peut-être un grand festival repérable, fixe, comme les autres. La région n’a pas forcément une passion pour le saxophoniste John Coltrane (1926-1967), et le mécénat suit le train du pouvoir d’achat.

Tout cela pour dire que lorsque, mercredi 24 août, à Pierrelatte (Drôme), le big band de Christophe Dal Sasso attaque, au premier rappel, Song of The Underground Railroad, de John Coltrane, on est embarqué dans un drôle de truc. Dal Sasso célèbre Africa/Brass, un album de Coltrane qui, en 1961, fait l’effet d’une bombe. On en connaît alors que trois pièces, enregistrées par le sorcier Rudy Van Gelder. La séance complète sera publiée plus tard : 89 minutes de musique aussi insensée que maîtrisée. Christophe Dal Sasso affronte l’« Himalaya » en big band. Il a enregistré John Coltrane’s Africa/Brass Revisited.

Rassembler une troupe de quatorze musiciens avec leurs vies, leurs groupes et leurs ambitions, est un exploit

La carrière de Dal Sasso plaide pour lui, ses prix, ses créations, sa ténacité : de là à maintenir une troupe de quatorze musiciens en vie, à inventer le temps des répétitions, à les financer, à jongler, il y a une sacrée marge. Ils ont leurs vies, leurs trajectoires, leurs groupes, leurs ambitions. Les rassembler est un exploit. Christophe Dal Sasso, flûtiste en scène, est l’auteur des arrangements, il dirige, il convainc. Il ne prend pas Africa/Brass pour une littérature de conservatoire. Pas seulement parce que c’est impossible, mais il prétend – et l’a prouvé – insuffler un esprit ouvert à ses cuivres : Julien Alour (trompette), Nicolas Folmer (trompette), remplaçant de luxe à Pierrelatte, Jerry Edwards et Daniel Zimmermann (trombone).

Rythmique idéale : Manuel Marchès (contrebasse), Karl Jannuska (batterie) et Andy Bérald-Catelo (gwo ka). Section de saxophones : Jean-Philippe Scali, autre remplaçant de choix au baryton et à la clarinette (Thomas Savy indisponible), plus les solistes : David El-Malek (ténor), Géraldine Laurent (alto), Sophie Alour (ténor). Le lien de l’ensemble, ce garçon d’une redoutable autant que discrète efficacité, le pianiste aux airs de clergyman déluré, Pierre de Bethmann. Christophe Dal Sasso donne l’impulsion.

Suavité parfaite

Quant au grain de folie qu’un public à peine plus nombreux aurait suscité, ça ne saurait se forcer. Parole d’un des derniers témoins de Coltrane en scène, le 26 juillet 1965, à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes), par exemple. Faut dire qu’on avait 20 ans. Ça doit jouer. Un big band, ça sonne ensemble, ou alors, ce n’est qu’une volière. On pourrait autant évoquer telle intervention de David El-Malek, Sophie Alour et Géraldine Laurent, que seize ou trente-deux mesures soudain déchaînées par l’ensemble avec un son, un swing et une suavité parfaite. On en reviendra donc à Song of The Underground Railroad.

La force de Christophe Dal Sasso, c’est de savoir se détacher de l’album de Coltrane sans rien oublier

Primo, ce n’est pas la chanson la plus connue de Coltrane – elle fait partie des prises non retenues d’Africa/Brass. Deuzio, elle affiche une impétueuse délicatesse qui l’aura peut-être écartée, à l’époque, c’est ce que l’on se dit, de l’album de Coltrane. Dans Africa/Brass, Coltrane multiplie son quartette fondamental (McCoy Tyner, piano, Jimmy Garrison, contrebasse, Elvin Jones, batterie) d’une légion de cuivres de haute volée. Des tubas, force euphoniums, et du piccolo encore… Plus deux ou trois bassistes en renfort et non des moindres, Paul Chambers, Art Davis, Reggie Workman. Ajoutons Booker Little, l’oiseau bleu de la trompette, Pat Patrick, le sax baryton qui regarde vers Sun Ra… Eric Dolphy, lorsqu’il revenait embrasser sa mère dans les quartiers de Los Angeles, dialoguait, flûte traversière à peine effleurée des lèvres, avec les oiseaux. C’est lui, le responsable des orchestrations d’Africa/Brass, version complète. Lui et McCoy Tyner, dit-on.

La force de Christophe Dal Sasso, c’est de savoir s’en détacher sans rien oublier. Laissant libre cours à qui voudra. A tour de rôle ou en farandole. Dans un théâtre dit « du Rocher », en raison de l’énigmatique rocher calcaire qui pousse dans la ville. Fond de scène rêvé que les artistes des lumières teignent en bleu, en ocre ou en reflets cuivrés. Ce sera le rappel pour de bon, l’âme de l’orchestre et l’ombre de Coltrane : Naima (1959), composition célèbre de Coltrane, ovation générale.

 

Festival Parfum de jazz, avec Liane Foly, le 25, Lorraine Desmarais, Macha Gharibian, le 26 et l’Orchestre national de jazz, le 27 août. De 5 € à 28 €.

Francis Marmande(Pierrelatte (Drôme), envoyé spécial)

 

Les Chroniques 

Les Entretiens de Michel Martelli d’artistes 

 
 
 

Communication presse contacts

Presse nationale

Marc Sénéchal
Relations Presse - Press Relations
tel : +33 (0)6 80 21 96 47
e-mail : senechal.com@gmail.com

Communication - Presse Régionale

Martine Denisé
tel : +33 (0)6 86 96 70 06
e-mail : communication@parfumdejazz.com
e-mail : martine.denise26@yahoo.fr